05/04/2017

Malformation mammaire : chirurgie plastique et réparatrice des seins

Les malformations mammaires, à savoir les asymétries ou de types congénitales, sont en général très mal supportées tant physiquement que psychologiquement chez les jeunes femmes.
Les malformations mammaires associent des anomalies de volume, de forme et de symétrie des seins.
Les hyper- et hypotrophies mammaires sont des pathologies extrêmement fréquentes, qui font partie du quotidien du chirurgien plasticien.
Plus rares, les anomalies de forme peuvent revêtir, en combinant hypertrophie et hypotrophie uni- ou bilatérales, de nombreuses formes cliniques d’asymétries mammaires.
Comme dans la reconstruction mammaire après cancer, leur traitement repose sur plusieurs techniques.

Asymétries et anomalies de forme:

Les asymétries mammaires modérées sont très fréquentes et peuvent être considérées comme normales. Elles ne sont dites pathologiques que lorsqu’elles se remarquent de façon très flagrante.
Les asymétries mammaires, combinant hypertrophie et hypotrophie uni- ou bilatérales, déterminent de nombreuses formes cliniques.

- Le traitement des asymétries mammaires avec hypertrophie relève des techniques de réduction mammaire, afin d’égaliser le volume.
- Certaines asymétries sont consécutives à des malformations avec hypotrophie uni- ou bilatérale: c’est le cas du syndrome de Poland et des seins tubéreux

malformation mammaire

Le syndrome de Poland : D’origine congénitale, le syndrome de Poland touche aussi bien l’homme que la femme. Il concerne quasiment toujours un seul sein. Il se révèle le plus souvent chez la fille, à la puberté. Ce syndrome associe une hypotrophie mammaire et une malformation thoracique d’importance variable, dont l’expression minimale est une absence partielle du muscle grand pectoral (chef sternal).
Parfois, il existe une malformation costale et une malformation des doigts (brièveté des deuxièmes phalanges : brachydactylie) .
Cliniquement, la procédure se base sur la reconstruction musculaire et thoracique du muscle pectoral, et notamment l’ajout d’un volume adéquat aux seins à l’aide d’une pose d’implant mammaire.

Le syndrome des seins tubéreux : Il s’agit d’une malformation fréquente, d’origine congénitale, qui peut être uni- ou bilatérale. Elle se révèle à la puberté avec la croissance mammaire, et se fait de façon préférentielle en avant et dans leur parie supérieure.
Les seins tubéreux sont caractérisés par un défaut de développement de leur partie inférieure. Ainsi, les sillons sous-mammaires sont trop haut placés, avec souvent une quantité de peau insuffisante dans le partie inférieure. Il est fréquent de voir un développement antérieur exagéré (responsable d’une trop grande projection du sein), avec une aréole large, très étalée, d’où l’aspect tubulaire du sein et son appellation de sein tubéreux ou en « pis de vache ». Le plus souvent, les seins sont hypotrophiques, mais ils peuvent être de volume normal. Une asymétrie mammaire est présente dans plus de deux tiers des cas.

Le principe de la technique est la restauration de la loge mammaire : correction de la position du sillon sous mammaire, qui doit être abaissé, et apport de volume dans la partie inférieure, où il fait défaut.
Le plus souvent, la technique de réparation repose sur la prothèse mammaire qui permet cette augmentation de volume et l’abaissement du sillon sous-mammaire à son niveau normal.
On y associe fréquemment une correction de la largeur de l’aréole (et de la projection) par une petite pince verticale au-dessous. Cette cicatrice dite en « i » permet, en outre, de corriger l’aspect de « double sillon » que l’on obtient souvent après l’abaissement du sillon sous-mammaire.
Les malformations du sein sont sources de complexes, surtout chez les adolescentes, et peuvent nécessiter une correction précoce dès lors que la croissance mammaire est achevée.
Le traitement de ces anomalies sous-entend de connaître, comme dans la reconstruction mammaire après cancer, les différentes techniques de chirurgie réparatrice.
Ces interventions, résultant de l’analyse de la malformation comparée à un sein défini comme idéal, ne donnent pas toujours une poitrine « parfaite », mais entraînent bien souvent une métamorphose psychologique des jeunes patientes.

 

Les commentaires sont fermés.